#Happyculture : home staging pour abeilles !

Au Printemps, on ouvre les ruches qui sont restées fermées tout l’hiver. Quand je dis fermées, ce n’est pas calfeutrées, les abeilles pouvaient aller et venir à leur guise, mais les conduits de sorties étaient fortement réduits pour permettre à la ruche de conserver une température agréable tout au long de l’hiver. Ainsi donc, pour celles et ceux qui ne suivent pas mes actus sur Facebook et sur Twitter, je vais vous expliquer tout ça.

20150421_130943

Debout là-dedans !

Quand le thermomètre affiche, dans la journée, plus de 13°C pendant plusieurs jours, on peut ouvrir les ruches afin d’une part de lancer la saison, d’autre part de faire le constat du nombre de ruches qui a réussi à passer l’hiver. Il ne faut pas précipiter les choses au risque de refroidir une ruche et donc, de l’affaiblir. Le rucher est composé de 4 ruches et d’une ruchette. L’une des 4 ruches est totalement autonome, c’est-à-dire que les abeilles gèrent parfaitement bien leurs ressources en nourriture, leur environnement, etc. Pour les autres, un sirop spécial a été déposé dans une cuvette au sein de chaque ruche afin de permettre aux abeilles de s’alimenter pendant l’hiver.

ruche

Nos ruches n’ont pas toutes survécu à l’hiver, qui n’a pourtant pas été glacial cette année. La grande ruche est toujours là, mais seulement 1 des 3 ruches moyennes a survécu. La ruchette n’a également pas passé l’hiver. Après ce constat qui, même s’il parait rude, est dans la moyenne pour la survie d’une ruche en hiver, il était temps de faire un petit nettoyage de printemps pour que nos abeilles puissent reconstruire un habitat agréable et nous produise un bon miel dans les meilleures conditions !

cadre

Les cadres sont parfois encore sains

20150416_121743

Mais parfois ils ont moisi ou abritent des fourmis, il faut donc les nettoyer

Nettoyer les cadres

Les ruches « mortes » ont donc été vidées de leurs cadres qui seront nettoyés et rebâtis pour être ensuite réutilisés soit dans une ruche existante, soit reposés dans une ruche « morte » dans laquelle une reine sera par la suite introduite pour former une nouvelle ruche. Un cadre est composé d’un montant de bois, d’un fil de fer zigzaguant dans le montant et d’une plaque de cire gaufrée. En gros, pour nettoyer les cadres, il faut TOUT enlever, et par tout, j’entends tout sauf le cadre en bois lui-même, et éventuellement du fil de fer lorsqu’il est en bon état (mais c’est rare). Armée d’une pince coupante et d’un couteau, j’ai donc coupé et enlevé le fil de fer et ôté toute la plaque de cire du montant.

20150416_130753

Au premier plan un cadre sain, derrière les cadres à reformer après qu’il ont été nettoyés

Le meilleur moment, c’est quand même quand tu tombes sur un cadre qui contient encore du miel … Je crois qu’il n’y a pas de meilleur miel que celui qui est prit directement à la source !!

wpid-img_20150416_142359.jpg

La cire gaufrée : les cloisons de la maison

Après s’être joyeusement gavée de miel, je me suis donc remise au boulot. La seconde étape, c’est de remettre du fil de fer dans le montant. Ce fil a deux utilités : dans un premier lieu, il sert à soutenir la cire bien droite, mais il sert aussi à la faire fondre ! Une ruche est composée de deux types de coffres, le corps et la hausse. Grosso modo, le corps c’est le rez-de-chaussée, la hausse l’étage. On peut mettre autant de hausses que l’on souhaite, mais il faut que la taille de la ruche permette sa manipulation par les humains. Ainsi, notre « grande » ruche est composé d’un corps et de deux hausses quand les autres n’en avaient qu’une. Mine de rien, ça agrandi beaucoup la superficie de la ruche !

La cire gaufrée permet aux abeilles de s’installer plus rapidement dans la ruche et de s’approprier l’espace sans avoir à tout retaper. En gros, c’est comme du home staging, elles ont plus qu’à poser leurs meubles, les peintures et les sols sont déjà parfaits ! Je me suis sentie un peu comme la Stephane Plaza de l’apiculture !

Sur le principe, c’est pas sorcier à faire : tu poses ta plaque de cire gaufrée dans ton cadre en bois, bien sur ton fil de fer zigzaguant. Ensuite, tu prends un petit transformateur et tu viens poser ton + et ton – à chaque extrémité du fil pour le faire chauffer. Ainsi, la cire fond et vient emprisonner le fil de fer. Tu n’as plus qu’à vérifier que tout tient bien, et voilà ! Attention à ne pas prendre le jus quand même, ni à te brûler avec le fil de fer (oui il reste encore un peu chaud quelques instants) et enfin à ne pas trop chauffer sinon la plaque va tout simplement … bah passer à travers !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et voilà pour ce premier atelier d’entretien de la ruche ! Certes, on n’y cotoie pas les abeilles, mais c’est une étape indispensable pour mettre une ruche dans de bonnes conditions dès le départ ! En tout cas, la saison est lancée, et nous allons peut-être envisager une division de la grande ruche ! Je te raconterai tout ça bientôt !

Et toi, t’as déjà goûté du miel directement dans la ruche ?

Publicités

Une réflexion sur “#Happyculture : home staging pour abeilles !

Envie de réagir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s