Tu t’es vu(e) quand t’as mangé ?

Vendredi dernier, après notre super après-midi au Musée du Quai Branly (quoi ? QUOI ? Tu n’as pas lu cet article ? File le dévorer, Galinette !), on a tenté une expérience un peu hors du commun. Alors non, désolée pour toutes celles et ceux qui s’attendent à ce que je raconte une soirée de grivoiserie, d’acoquinages et d’impuretés lubriques. Nous nous sommes contentés de … manger dans le noir ?

L’arrivée

Il est indispensable de réserver ta place à l’avance. Pour les blablas pratiques, tu vas dans la rue Quincampoix, où tu peux aller aussi faire un tour à l’Imprévu avant pour boire un très bon cocktail servi par des types vraiment adorables. C’est soit au niveau du 54 soit du 59, de toute façon c’est dans la même zone. Tu remarqueras une terrasse. Evidemment, ce n’est pas là que tu vas manger, sinon tu te doutes bien que tu ne seras pas dans le noir, donc que toute ton expérience ne sera que du flamby, parce que te demander de fermer les yeux pour que tu penses être dans le noir, ça serait quand même aussi te prendre pour un(e) débile.

Entrée du restaurant

Bref, tu entres ensuite te présenter à l’accueil. Ici, premier brief : dans la salle de repas, on ne prend rien d’encombrant et surtout rien qui soit une source de lumière. On remise donc les manteaux, les sacs à main, les écharpes/étoles (et tout ce qui est susceptible de trempouiller dans ton assiette) ainsi que les portables, montres lumineuses, etc. dans des casiers fermés à clef. La clef, tu la gardes avec toi et surtout, SURTOUT tu ne la fais pas tomber dans la salle de repas … bah oui, parce que là-bas, il y fait aussi noir que dans le cul d’une vache ! Pense aussi à prendre tes petites dispositions concernant ton transit intestinal et la gestion de ta petite vessie, parce qu’une fois assis(e) là-bas, tu ne bouges plus !

Tu choisies ensuite ton menu, et quand je dis « menu », je veux plutôt parler de formule : entrée + plat ou plat + dessert (43€ – c’est ce qu’on a choisi) mais tu peux avoir les trois plats, ajouter du fromage, du vin, etc. Bon, comme on est pas non plus des Rothschild, c’est la formule « du pauvre » qui nous a intéressé … L’idée c’est aussi de garder le menu secret, sinon le jeu n’a plus d’intérêt : si tu sais ce que tu manges, tu t’en fais une représentation mentale basée sur tes souvenirs visuels du plat/met en question et ça, c’est de la triche parce que tu aides ton cerveau ! VILAIN(E) !

Et puis ton/ta serveur/se arrive, ils sont tous non-voyants, et c’est le principe du restaurant quoi, de se plonger dans l’univers des non-voyants. Donc notre gentille serveuse, Fazia, nous a donné quelques conseils de « sécurité », nous a demandé de nous tenir par l’épaule gauche et, à la queue-leu-leu nous sommes passés, Chéri et moi ainsi que 3 autres couples dans la salle plongée dans l’obscurité la plus totale.

Le repas

Première impression … bah tu angoisses. Enfin j’ai angoissé un peu. Tu gardes tes yeux grands ouverts, tu as l’impression d’avoir des bras en mousse, tu cognes tout ce qui t’entoure alors que tu as l’impression d’avoir à peine soulevé le coude. Bref, tu es totalement désorienté(e). Et tu cries. Enfin quand je dis « tu cries » c’est plutôt « tu parles super fort ». Comme si en te privant du sens de la vue, on t’avait dit « Eh, mais tu vas voir, en parlant plus fort, ça ira mieux ». Je sais pas ce qui se passait dans nos cerveaux à ce moment là mais pof, toute la salle gueulait, c’était encore plus désorientant. Nous étions 8 à la même table, mais impossible de savoir à quelle distance étaient nos voisins. J’avais quand même la nette impression qu’on était un peu entassés les uns sur les autres, un peu comme assis dans le métro (quand tu as les genoux qui se cognent contre ceux de ton voisin d’en face), mais le fait de ne pas le voir rend la proximité beaucoup moins oppressante.

Au niveau du repas, tu ne sais évidemment pas ce que tu manges. Donc tu fais marcher ton cerveau à plein régime pour deviner ce que tu mastiques. Ci-dessous, pour vous faire une petite idée, voici la photo du plat.

Le plat
Le plat

Mon premier réflexe a été très enfantin : j’ai mis les doigts dans l’assiette. Bah oui, comment veux-tu deviner ce que tu manges sans avoir avant tout localisé les aliments ? De plus, j’ai ainsi pu identifier de la purée et un friand ! Un grand pas en avant. S’ensuit une longue lutte contre ta fourchette : elle m’est revenue vide à la bouche une bonne cinquantaine de fois. Au moins, aucun risque de manger trop vite ! C’est très intéressant comme expérience, et j’ai remarqué que j’arrivais davantage à me concentrer les yeux fermés qu’ouverts. Encore un truc dingue que fait notre cerveau ! Enfin pour Chéri ça n’a manifestement rien changé … Mais j’ai quand même réussi à saucer mon assiette avec du pain, et ça, j’en étais pas peu fière, même si Chéri a été obligé de me croire sur parole 😉

On est ensuite passés au dessert, ou devrais-je dire aux desserts. Nous avons eu trois mignardises, et la cuillère ne nous a pas été très utile. C’était beaucoup plus simple d’attraper la tartelette avec les doigts et d’y croquer dedans que de la massacrer avec une cuillère !

Le dessert

Le dessert

Le débrief

Au niveau qualitatif, c’était bon, mais en toute franchise, ça ne valait pas du tout le prix qu’on a payé ! J’espère que les serveurs/ses ont un très bon salaire, parce que ce n’était pas de la grande gastronomie. On paie le concept, c’est clair, mais quand même. Avec le recul il aurait été plus intéressant de prendre le menu à 3 plats (entrée + plat + dessert + boisson) car pour quelques € de plus c’était déjà plus copieux et ça collait davantage au tarif. Mais bon …

Ensuite côté expérience, je le conseille ! C’est très déstabilisant, on prend réellement conscience avec ce genre d’expérience de ce que vivent les personnes atteintes de cécité au quotidien. Et encore, là il n’était question que de se nourrir !! Tout ceci m’a rappelé une attraction du Futuroscope, Les yeux grands fermés, je t’invite à aller faire un tour sur la page en question qui explique tout !

Alors, t’as envie de tenter l’expérience ? T’as déjà essayé ? Raconte nous ça !!

Publicités

4 réflexions sur “Tu t’es vu(e) quand t’as mangé ?

  1. J’ai testé il a quelques semaines. Il y avait tellement de bruit (on était que deux donc c’était pas « notre » bruit et j’imagine que ça change un peu le ressenti) que je n’arrivais finalement pas à me concentrer sur le plat et les goûts. J’avais la tête pleine de bruit.
    Le noir vraiment « noir » était drôlement surprenant. Et comme toi, j’ai trouvé le niveau qualité/prix un peu cher… mais à faire une fois ! 🙂
    (et puis, j’ai tout mangé avec les doigts, mais shuuut !)

    Aimé par 1 personne

    • Ahah mais moi aussi j’ai tripatouillé mes plats 😀 Et puis j’étais contente (mais je l’ai pas dit trop fort dans l’article) : j’me suis fait qu’une tâche sur le t-shirt \o/ Victoire personnelle pour une meuf qui a deux mains gauches !!

      J'aime

  2. Moyennement tentée par l’expérience. Déjà qu’avec les yeux j’ai du mal à comprendre ce qu’il y a dans mon assiette…. Un peu cher pour au final ne rien comprendre au repas. Dommage, mais merci pour l’article !

    J'aime

    • « Ne rien comprendre au repas » tu y vas un peu fort, c’est justement ce qui est intéressant, tu réapprends à faire attention au goût des aliments, à leur texture, tout ça. Personnellement cette partie m’a beaucoup plu 🙂

      Aimé par 1 personne

Envie de réagir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s